Quand une nation oublie Dieu: 7 leçons de l’Allemagne nazi

Dans son livre « When a nation forget God: 7 lessons we must learn from nazi germany » (2009), le pasteur Erwin W. Lutzer entreprend d’exposer les politiques anti-chrétiennes et sataniques qui ont précédé les évènements tragiques de la seconde guerre mondiale. L’auteur est avant tout préoccupé par la situation spirituelle de son pays, les États-Unis, et trace d’étonnants parallèles entre les politiques américaines des 50 dernières années et celles adoptées sous le troisième Reich en Allemagne. L’étude démontre que ces atrocités, loin d’être le fruit du hasard, sont les conséquences inévitables du rejet de Dieu par le peuple allemand et ultimement, du rejet de la vision biblique de la politique. Convaincu que l’épisode est le fruit d’une préparation culturelle et spirituelle,  Erwin Lutzer écrit :

« L’épisode des chambres à gaz d’Auschwitz fut la conséquence ultime des théories que l’homme est rien de moins que le produit de son hérédité et de son environnement, ou comme les nazis aimaient l’appeler, « du sang et du sol ». Je suis absolument convaincu que les chambres à gaz d’Auschwitz, de Treblinka et de Maidanek, ont été préparé, non auprès des divers ministères gouvernementaux, mais sur les bureaux  d’école et dans les salles de cours des philosophes et des scientifiques nihilistes. Ainsi, après la mort de Dieu au 19e siècle, l’homme est mort au 20e siècle. Car lorsque Dieu est mort, l’homme n’est rien de moins qu’un animal sauvage. »

Opposition au le christianisme et à la loi de Dieu

Dans son premier chapitre intitulé  » When God Is Separated from Government, Judgment Follow « , Erwin Lutzer énumère une liste de politiques qui ont mené au divorce entre le Gouvernement et la vision biblique de la gouvernance. En voici quelques une:

  • La séparation de l’Église et de l’État n’était pas respectée en Allemagne. La situation de l’Église-État rendaient les pasteurs dépendant du gouvernement pour leur salaire. Cette situation fut abondamment exploitée par Hitler pour contrôler le contenu des prédications.
  • Le culte devait être une affaire strictement privée entre Dieu et les hommes. 
  • L’État devait être épuré de toutes convictions et valeurs chrétiennes.
  • Puisque Noël était une fête religieuse, on changea la date du 25 pour le 21 décembre pour célébrer, désormais, le solstice d’hiver.
  • Les prières furent interdites dans les écoles tout comme les chorales de Noël.
  • En 1938, le nom de Noël fut changé pour « Yuletide ».
  • Les crucifix furent enlevés des écoles.
  • Pâques fut changé en fête qui célébrait l’arrivé du printemps.
  • La religion devait être sécularisée pour être compatible avec la philosophie de l’État et pour « le plus grand bien de la race allemande ». Le pseudo-christianisme d’Hitler s’appelait le « christianisme positif » (positive christianity) lequel est en réalité, une façade idéologique pour séduire certains groupes conservateurs.

Les sept leçons du pasteur Lutzer

  1. Quand Dieu est séparé du gouvernement, le jugement suit.
  2. C’est toujours l’économie.
  3. Ce qui est légal peut être mal.
  4. La propagande peut changer une nation.
  5. Les parents, et non l’État, sont responsables de l’éducation des enfants.
  6. Les héros ordinaires peuvent faire la différence.
  7. Nous devons exalter la croix du Christ dans les ténèbres.

Laisser un commentaire

Classé dans Communisme, Histoire, Livre, Politique

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s